Problématiques, composantes et étapes d'un projet de mutualisation

Comme tout projet, un projet de mutualisation implique : une méthodologie claire, un pilotage fort et une information, voire une association des parties prenantes.

Accéder aux ressources

Le cabinet KPMG propose une méthodologie en cinq phases :

  1. Etat des lieux ;
  2. Partage des orientations politiques ;
  3. Choix des périmètres de mutualisation ;
  4. Formalisation du schéma et plan d’actions ;
  5. Mise en œuvre au cours du mandat 2014-2020 et évaluation.

 

Deux actions sont à développer en parallèle :

  • le pilotage et la gestion du projet, grâce à la mise en place d’un comité de pilotage, d’un comité technique, et de contributeur.rice.s via des groupes de travail (élu.e.s, agent.e.s, citoyen.ne.s) ;
  • l’information, l’association des parties prenantes et la conduite du changement auprès des élu.e.s et des agent.e.s.

 

 

Un projet de mutualisation se déroule généralement en deux temps :

  • d’abord, la rédaction du schéma de mutualisation, qui consiste pour les communes et EPCI à se mettre d’accord sur l’identification des enjeux des territoires, les orientations politiques, les choix du périmètre, des champs et du degré de la mutualisation et enfin la formalisation d’un plan d’action ;
  • ensuite, la mise en œuvre du schéma de mutualisation, grâce à un pilotage fort, une communication claire et une conduite du changement.

 

La réunion de tous ces éléments, combinée à un calendrier prévisionnel précis et une évaluation régulière des actions mises en place, permettra une gestion facilitée du projet de mutualisation.