Prix de thèse du CNFPT

Le Prix de thèse du CNFPT  récompense chaque année  une thèse reconnue comme contribution remarquable au progrès de la gestion et de l’administration locale.
En application de la convention passée entre le GRALE* et le CNFPT, le prix de thèse créé par le CNFPT est décerné par le jury du Prix de thèse des collectivités territoriales du GRALE élargi à des membres désignés par le CNFPT.

Le Prix de thèse du CNFPT a été  décerné pour la première fois en 2011.

(*) Groupement de recherche sur l’administration locale en Europe

Prix de thèse 2020

Vous avez soutenu votre thèse sur les collectivités territoriales entre le 1er mai 2019 et le 30 avril 2020 ?
Candidatez pour les prix de thèse du CNFPT et du GRALE (GIS Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), valorisez votre travail de recherche et obtenez un soutien financier de 2500 à 5000 euros.
Le Prix de thèse du CNFPT récompense chaque année une thèse reconnue comme contribution remarquable au progrès de la gestion et de l’administration locale.

Les candidats doivent envoyer les documents au format électronique (.pdf), par courriel, au  secrétariat du Prix (grale@univ-paris1.fr), avant le 24 avril 2020, minuit :
    - la  thèse (toutefois une version papier pourra être demandée) ;
    - un résumé établi en dix pages maximum ;
     - un curriculum vitae ;
     - le rapport de soutenance de thèse* ;
* Le rapport de soutenance de la thèse peut être fourni après la date limite, mais avant le 30 avril.

Renseignements : secrétariat du Prix de thèse : 01 44 07 83 87.

Les résultats seront proclamés début juin.

Retrouvez toutes les informations en ligne.

Prix de thèse 2019

Le prix de thèse 2019 a été attribué à Émilie Roudier, pour sa thèse d'aménagement de l'espace et urbanisme : « Quand la ville moyenne entre en gare : des projets entre mimétisme métropolitain et recompositions territoriales ».

Directeur de thèse : Daniel Béhar, encadrement : Aurélien Delpirou. Université Paris-Est.

 

 

Prix de Thèse 2018

Le Prix de thèse du CNFPT pour l’année 2018 a été décerné à Sophie Lafon pour sa thèse de sciences politiques « L’université dans la métropole : la communauté urbaine et l'Université de Bordeaux ».
Directeur de thèse : Vincent Hoffmann-Martinot, IEP de Bordeaux. École doctorale de Sciences Po.

PRIX DE THESE 2017

Le 7ème Prix de thèse du CNFPT pour l’année 2017 a été décerné à :
M. Clément Boisseuil
Pour sa thèse de science politique, mention sociologie politique comparée « Mettre en œuvre la mixité. Rénovation et renouvellement urbain au sein des métropoles de Paris et de Chicago »
Directeur de thèse : Pierre Lascoumes IEP de Paris. École doctorale de Sciences Po.

Prix de thèse 2016

Le jury du Prix de thèse "GRALE*  » a arrêté le palmarès suivant :
1er prix, Prix Georges-Depuis des collectivités territoriales décerné à Alix Levain du Muséum national d’histoire naturelle pour sa thèse d’anthropologie de l’environnement « Vivre avec l’algue verte : médiations, épreuves et signes ».
2e prix décerné à Anouk Flamant de l’Université de Lyon pour sa thèse de science politique : « Droit de cité ! Construction et dilution d’une politique municipale d’intégration des étrangers » dans les villes de Lyon, Nantes et Strasbourg (1981-2012).
Prix spécial du jury décerné à Adeline Karcher de l’Université de Lorraine pour sa thèse d’histoire du droit « Le théâtre en garnison. L’hôtel des spectacles de Metz au 18e siècle ».

* GRALE : groupement de recherche sur l'administration locale en Europe.

Retrouvez ci-dessous les palmarès des éditions précédentes.

Prix de thèses délivrés entre 2011 et 2015

- en 2011, Guillaume Gourgues, de l’université de Grenoble, pour : « Le consensus participatif. Les politiques de la démocratie dans quatre régions françaises »
- en 2012, Pierre-Henri Bombenger, de l’université de Tours, pour : « L’urbanisme en campagne. Pratiques de planification des sols et d’aide à la décision dans les communes françaises »
- en 2013, Lila Combe, de l’université de Lyon, pour : « Processus participatifs en urbanisme à l’échelle métropolitaine. Une perspective comparative entre Lyon et Montréal »
- en 2014, Marie Toubin, de l’université Paris-Diderot, pour : « Améliorer la résilience urbaine par un diagnostic collaboratif : l’exemple des services urbains parisiens face à l’inondation »
- en 2015, Sylvie Jolly de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour sa thèse de géographie :  « Tourisme et métropolisation. Le cas de la méga-région touristique Paris-Reims ».

Document(s)