Vision géographique : changement d'échelle

L’intercommunalité implique un changement d’échelle sur deux plans :

  • un changement d’échelle lié à la prise de hauteur nécessaire pour prendre en compte « le bon périmètre » ;
  • un changement d’échelle de l’intérieur, vécu par les agent.e.s, qui prend en compte à la fois les effectifs des organisations et le positionnement des agent.e.s sur le territoire.

Accéder aux ressources

Le changement d’échelle intrinsèque à l’intercommunalité.

Les territoires sont aujourd’hui soumis à de nombreuses évolutions.

  • D’abord, des ruptures sociologiques : vieillissement de la population, développement du péri-urbain, développement des mobilités physiques, professionnelles, résidentielles, etc.
  • Ensuite, des ruptures territoriales, telles que la concentration de la population, des richesses, de l’emploi, des fonctions et centres de décision ; le développement de réseaux, de mobilités et l’inscription des territoires dans des flux internationaux ; l’accélération de la métropolisation et l’étalement des aires d’influence des métropoles.
  • On ne peut plus aujourd’hui prendre en compte les territoires comme des espaces stabilisés dans lesquels une population travaille et réside, ce qui rend difficile l’émergence d’un « territoire intercommunal pertinent ». Les services publics doivent intégrer ces notions de mobilité et être délivrés au plus près des usager.ère.s, tout en prenant en compte l’attractivité et l’influence des territoires voisins.
  • La coopération intra-communautaire, voire interterritoriale peut être une solution complémentaire : en s’appuyant sur des acteur.rice.s du territoire ou de territoires voisins, l’intercommunalité et ses communes membres peuvent développer des projets transversaux et/ou plus vastes.

 

Le changement d’échelle du point de vue des agent.e.s

Toute intégration intercommunale implique pour les agent.e.s un changement d’échelle. Selon les effectifs des structures de départ et d’arrivée, l’effet d’échelle est soit croissant soit décroissant.

L’effectif des intercommunalités ne dépend pas uniquement de la population couverte sur son territoire, mais aussi de l’importance et du type des compétences transférées. Il dépend également de l’organisation des communautés et de la répartition des structures de proximité sur le territoire : plus les équipes sont réparties sur le territoire, plus elles sont petites.

 Effet d’échelle décroissant :

Les agent.e.s d’une ville centre en milieu urbain transférés à une intercommunalité très territorialisée connaîtront donc un fort effet d’échelle décroissant, avec un rétrécissement de leur secteur d’intervention et de leur équipe.

 Effet d’échelle croissant :

A l’inverse, en milieu rural, les communes ont des tailles plus modestes. Les agent.e.s auront donc tendance à connaître un effet d’échelle croissant en intégrant l’intercommunalité, aux effectifs plus importants.

Toutefois, ces effets peuvent se combiner avec le temps et la croissance des intercommunalités. La perception de ce changement dépend aussi de la position des agent.e.s : catégorie hiérarchique, appartenance aux services fonctionnels ou opérationnels, localisation en service de proximité ou au siège, type de compétence transférée, etc.

L’effet d’échelle décroissant dans l’intercommunalité implique pour les agent.e.s :

  • une dimension plus familiale, une ligne hiérarchique moins lourde, la disponibilité de l’encadrement ;
  • un avancement de carrière plus lent ;
  • des services fonctionnels plus réduits ;
  • un retour à une plus grande polyvalence. 

 L’effet d’échelle croissant dans l’intercommunalité implique pour les agent.e.s :

  • une plus grande structuration des services et de l’encadrement ;
  • un plus grand formalisme dans les procédures ;
  • un mouvement de spécialisation et de renforcement de l’expertise. 

 

Par ailleurs, l’intercommunalité implique un changement d’échelle lié aux évolutions sociologiques et aux interdépendances et aires d’influence entre territoires. Ce changement d’échelle implique une réflexion sur la nature des services publics délivrés et leur positionnement sur le territoire.