Epreuve de mise en situation professionnelle collective

Déroulement de l’épreuve

Présentation de l’épreuve

Une épreuve de mise en situation professionnelle collective est dorénavant prévue à la phase d’admission des concours d’administrateur territorial et d’ingénieur en chef territorial. Cette épreuve vise à appréhender et vérifier les aptitudes du candidat dans des situations de relation à autrui, au moment où il s’apprête à entrer dans une école d’application le destinant à des fonctions de cadre de direction. Il s’agit d’apprécier sa compréhension des enjeux du sujet et de la situation. Seront également évaluées sa capacité à argumenter, sa réactivité et son aptitude à l’écoute et à la mise en œuvre de relations de coopération, ainsi que sa faculté d’analyse et de distanciation.
Chaque mise en situation réunit au moins trois candidats.

Au début de chaque mise en situation, il est procédé à un tirage au sort qui détermine la fonction occupée par chacun des candidats. Les fonctions sont celles exercées par des administrateurs territoriaux ou des ingénieurs en chef territoriaux en activité. Les situations professionnelles proposées aux candidats présenteront des enjeux locaux à caractère opérationnel incitant à aboutir à des préconisations. Chaque mise en situation collective débute par la lecture du sujet par le jury aux candidats, suivie immédiatement par les échanges entre les candidats. Le sujet donne des éléments d’une situation concrète et d’une directive précise les mettant en situation de prendre une décision ou de choisir une orientation. Avant la fin des trente minutes, les candidats doivent parvenir à élaborer une décision ou une orientation commune partagée.

Chaque candidat est interrogé par le jury sur son analyse des échanges auxquels il a participé durant quinze minutes, à la suite de l’épreuve d’entretien (première épreuve d’admission). La notation de cette épreuve intervient à l’issue de l’entretien avec le jury. Sa durée est de quarante-cinq minutes dont trente minutes de mise en situation collective puis, individuellement, quinze minutes de compte rendu et d’échanges avec le jury. Son coefficient est de 2).